America

America
America je t’ai tout donné et maintenant je ne suis plus rien

America Deux dollars et 27 cents 17 janvier, 1956
Je ne me supporte plus
American quand arrêterons nous la guerre humaine
Va te faire foutre avec ta bombe atomique
Je ne me sens pas très bien arrête de me chercher je n’écrira pas mon poème avant d’avoir retrouvé mes esprits
America quand seras tu angélique ? Quand te débarrasseras tu de tes vêtements ? Quand te regarderas tu enfin en face, au travers de la tombe quand mériteras tu tes millions de Trotskistes ?

America, pourquoi tes bibliothèques sont elles remplies de larmes ?
America quand enverras-tu tes oeufs en Inde ?
J’en ai marre de tes exigences pas possibles : quand pourrais je me rendre dans un supermarché et me procurer ce dont j’ai besoin avec ma belle petite gueule ? America après tout c’est toi et moi qui sommes parfaits pas le prochain monde

Tes arcanes sont trop imposantes pour moi, tu as fait en sorte que je veuille devenir un saint

Il doit bien y avoir un autre moyen de régler cette dispute

Burrroughs est à Tangers je ne pense pas qu’il rentrera c’est sinistre
Es tu sinistre ou est ce une sorte de blague pas drôle ? J’essaye d’en venir aux faits Je refuse d’abandonner mes obsessions America arrête de me balloter je sais ce que je fais
American les plum blossoms sont en train de tomber je n’ai pas lu les informations depuis des mois chaque jour quelqu’un passe au tribunal pour meurtre

America je suis touché par le sort des Wobblies
America autrefois j’étais communiste quand j’étais petit et je n’en suis pas désolé
Je fume de l’herbe dès que l’occasion se présente

Je m’asseois dans la maison pendant des jours et regarde les roses pousser dans le closet
Quand je vais à Chinatown je me saoule et ne couche jamais avec personne
J’ai pris ma décision il va y avoir des problèmes
Tu aurais du me voir quand lisais Marx
Mon psy pense que je vais parfaitement bien
Je ne dirai pas la prière du seigneur
J’ai des visions mystiques et ressens des vibrations cosmiques
America je ne t’ai toujours pas dit ce que tu avais fait à Tonton Marx après qu’il soit venu de Russie

C’est à toi que je m’adresse
Vas tu laisser ta vie affective être malmenée par Time Magazine ?
Je suis obsédé par Time Magazine. Je le lis chaque semaine. Sa couverture me fixe obstinément à chaque fois que je passe le coin de la boutique de bonbons.
Je le lis au sous sol de la Bibliothèqe publique de Berkeley.

Ca me parle toujours de responsabilité. Les hommes d’affaire sont sérieux. Les producteurs de cinéma sont sérieux.
Tout le monde est sérieux sauf moi.
Il me vient à l’idée que je suis toi
Je me parle à nouveau

L’Asie se soulève contre moi
Je n’ai aucune chance de chinois
Je ferais mieux de considérer mes ressources nationales
Mes ressources nationales consistent en deux joints d’herbe, des millions de parties génitales et de la littérature polar impubliable qui va à 1400 à l’heure et 25 000 institutions

Je ne dis rien au sujet de mes prisons et des millions de gens pauvres vivant dans des pots de fleur sous la lumière de 500 astres solaires

j’ai déjà aboli les bordels en France, Tangers est sur ma liste.
Mon ambition est de devenir président malgré le fait que je sois catholique

America comment puis je écrire une glorieuse litanie avec ton humeur idiote
Je vais continuer comme Henry Ford mes strophes sont aussi individuelles que ses automobiles et bien plus elles sont de différents sexes

America je te vendrai des strophes 2500 dollars pièce 500 sur ton ancienne strophe
America libre Tom Mooney
America sauve les Espagnols Loyaux
America Sacco et Vanzetti ne doivent pas mourir
American je suis les gars de Scottsboro c’est moi

America quand j’avais 7 ans moman m’a emmené à une réunion de communistes ils nous ont vendu des garbanzos plusieurs par ticket un ticket coute un nickel et les discours étaient libres tout le monde était angélique et sentimental envers les ouvriers c’était vraiment trop sincère tu n’as pas idée à quel point le parti était bon en 1935 Scott Nearing était un sacré vieil homme un vrai bonhomme Maman Bllor m’a fait pleurer une fois j’ai même vu Israel Amter de mes yeux. Tout le monde devait être un espion.

America tu ne veux pas vraiment aller à la guerre
America c’est la faute de ces foutus Russes
Ces Russes, ces Russes, ces Chinois. Et ces Russes. La Russie veut nous dévorer vivants. La Russie est avide de pouvoir. Elle veut nous soutirer nos voitures de nos garages. Elle veut attrapper Chicago. Elle a besoin d’un Readers Digest rouge, elle veut déporter nos usines automobiles en Sibérie. Him ?

Ca n’est pas bon du tout. Huh. Ils veulent que les indiens apprennent à lire. Ils ont besoin des grands noirs. Ah. Ils veulent que l’on travaille 16h par jour : au secours.

America c’est vraiment grave.
America c’est l’impression que j’ai quand je regarde la télévision. America est-ce bien ton reflet ?

Je ferais mieux de me mettre à bosser.
C’est vrai je ne veux pas joindre l’armée ou ?
J’ai la vue courte et suis complètement psycho de toute façon.

America je mets ma main gay à la pate.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: